Accès membre
Menu
Devenir membre

Enquête conjoncturelle d'automne 2020 : manque total de visibilité pour les mois à venir

Delémont, le 11 décembre 2020 - L’enquête conjoncturelle d’automne de la CCIJ confirme le très fort impact de la crise liée à la pandémie de coronavirus sur le tissu économique jurassien. Près de la moitié des entreprises (45%) qualifient la marche actuelle des affaires de mauvaise ou médiocre, sans doute du jamais vu dans l’histoire de cette enquête. Ce taux s’élève même à 55% dans l’industrie. Seuls 18% des sondés considèrent que les affaires sont bonnes et 2% excellentes. L’appréciation est un peu moins négative dans les services où deux tiers des acteurs jugent la situation au moins satisfaisante.

Le virus continuant de perturber considérablement les affaires dans le monde, les entreprises jurassiennes sont sans surprise peu optimistes pour les mois à venir. Seules 18% d’entre elles s’attendent à de bonnes affaires ces six prochains mois, et ce taux tombe à 8% dans l’industrie. Les perspectives au-delà de six mois recueillent encore moins d’avis favorables, 12% pour l’ensemble de l’échantillon et seulement 7% dans l’industrie. Plus les entreprises sont actives à l’exportation et plus elles souffrent et sont pessimistes pour le futur.

La crise impacte aussi les marges d’autofinancement, qui sont toutefois jugées encore au moins satisfaisantes par 73% des sondés. Elle entraîne une contraction des investissements, près de la moitié des entreprises prévoyant de ne pas investir dans les douze prochains mois. Elle exerce aussi une influence négative sur l’emploi. Plus du quart des entreprises industrielles disent vouloir réduire leurs effectifs ces douze prochains mois alors que la stabilité prédomine dans les services. Enfin, dans une telle morosité, la politique salariale sera des plus prudentes pour 2021 pour l’immense majorité des entreprises.    

L’enquête, réalisée en partenariat avec les Chambres de commerce de Suisse latine, s’est intéressée de plus près au télétravail, une pratique qui s’est largement répandue avec le semi-confinement du printemps dernier. Si 39% des entreprises de notre échantillon pratiquaient déjà le télétravail avant la crise, souvent à des taux réduits, elles sont 78% à vouloir maintenir cette pratique au-delà de la situation particulière imposée par la pandémie. Les défis jugés les plus importants sont la sécurité des données informatiques et la communication avec les employés. Du côté des avantages perçus, un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle et une plus grande satisfaction des employés sont le plus fréquemment cités.   

A noter encore que l’enquête de la CCIJ a été réalisée entre le 17 septembre et le 23 octobre 2020. Les 130 réponses représentent 26.6% des entreprises sollicitées et plus de 58% des emplois.  

 

Brochure

Résultats détaillés (pour l'ensemble de la Suisse latine)

 

Structures de l’échantillon

SECTEURS
Industrie 67  51.5%
Services 63 48.5%

 

TAILLE
- de 30 collaborateurs      82     63%
de 30 à 100 collaborateurs      29     22.3%
+ de 100 collaborateurs    19   14.7%

 

EXPORTATIONS
0%   77   59%
1-20% 32 25%
21-79% 10 8%
80-100% 11 8%

 

Les chiffres présentés illustrent les résultats de cette enquête d’automne ; ils sont représentatifs des membres de la CCIJ et non pas de l’ensemble de l’économie jurassienne.