Accès membre
Menu
Devenir membre

Révision de la loi sur les armes - communiqué de presse

La révision de la Loi sur les armes, soumise au peuple le 19 mai 2019, permet de renforcer la sécurité de la Suisse tout en préservant ses traditions. Fort de cette conviction, le Comité jurassien « OUI à la loi sur les armes », coordonné par la CCIJ, a présenté ses arguments vendredi (26 avril) à la presse. Au cœur des enjeux figure le maintien de la Suisse au sein de l’espace Schengen, avec les avantages que notre pays en retire pour sa sécurité et son économie.

La directive européenne sur les armes a été révisée pour renforcer la sécurité en Europe, au sein de l’espace Schengen. Elle prévoit notamment des conditions plus strictes pour l'accès aux armes semi-automatiques.

La Suisse se doit aujourd’hui d’adapter sa propre loi sur les armes pour demeurer au sein des espaces Schengen et Dublin, essentiels à notre sécurité, à notre économie et à une gestion coordonnée des migrations. La coopération entre les Etats européens et l’échange d’informations permettent à nos polices de transmettre et de recevoir des données fondamentales pour certaines de leurs enquêtes et de lutter plus efficacement contre la criminalité transfrontalière. Dans la région, plusieurs cas de brigandage ont pu être élucidés ces dernières années grâce à l’accès au système d’information Schengen.  

En tant qu’Etat associé aux accords Schengen/Dublin, notre pays a pu faire valoir son point de vue et a obtenu plusieurs concessions. Le maintien des traditions de tir est ainsi garanti. Les militaires qui effectuent leurs obligations et les chasseurs pourront continuer d’utiliser leurs armes comme précédemment. Seuls les détenteurs et acquéreurs d’armes semi-automatiques avec chargeur à grande capacité devront s’acquitter de formalités administratives supplémentaires.  

Ces quelques contraintes doivent être mises en regard des avantages que la Suisse retire de sa participation à l’espace Schengen. L’allégement des contrôles aux frontières à l’intérieur de cet espace facilite les déplacements de personnes, ce qui stimule les affaires. Les touristes étrangers n’ont besoin que d’un seul visa pour visiter l’ensemble des pays membres. Sans cet accord, les pertes pour l’économie suisse seraient considérables. Une étude d’Ecoplan réalisée pour la Confédération les évalue à 3,7% du Produit intérieur brut (PIB).

En résumé, un OUI glissé dans l’urne le 19 mai 2019 à la Loi sur les armes permet de maintenir des relations stables avec l’Union européenne, premier partenaire économique de la Suisse, et renforce notre sécurité tout en préservant nos traditions.