Accès membre
Menu
Devenir membre

Rejet de l’initiative « Pour une immigration modérée » : les entreprises saluent un « signal clair » et font part de leur soulagement

Delémont, le 27 septembre 2020 – Une belle satisfaction et un grand ouf de soulagement : les entreprises jurassiennes saluent le rejet par le peuple suisse de l’initiative « Pour une immigration modérée ». Le score sans appel, dans le Jura également, donne un signal clair aux autorités fédérales en vue de poursuivre la voie bilatérale avec l’Union européenne (UE). Il permet en outre une reprise rapide des discussions en vue de la signature de l’accord-cadre, mises en veille dans l’attente des résultats de ce jour. 

C’est un message d’ouverture que la Suisse a donné ce dimanche en rejetant l’initiative qui voulait mettre fin à la libre circulation des personnes avec l’UE. La menace d’une immigration incontrôlée, brandie par les initiants, n’a donc pas trouvé grâce aux yeux d’une majorité du peuple suisse, plutôt sensible aux avantages que procurent les différents accords bilatéraux entre la Suisse et l’UE. La liberté d’établissement offerte à chaque citoyen, l’accès facilité au marché européen pour les entreprises, la libre circulation des chercheurs et des étudiant-e-s sont autant d’acquis dont les Suisses ne souhaitent pas se passer et qui contribuent objectivement à la prospérité du pays.

Une majorité de Suisses réitère également sa confiance aux mécanismes mis en place pour réguler le marché du travail. Les mesures d’accompagnement ont permis, globalement, d’éviter le dumping salarial et d’améliorer les rémunérations, y compris les plus bas salaires. Dans le Jura comme en Suisse, l’augmentation du nombre de frontaliers s’est accompagnée ces dernières années d’une baisse du chômage et d’une hausse sensible du nombre d’emplois, preuve que les deux types de main d’œuvre ne s’excluent pas mais se complètent.

Enfin, le contexte actuel a certainement pesé sur le résultat du scrutin. Les Suisses n’ont pas voulu se lancer dans une aventure hasardeuse et risquer d’aggraver encore la crise actuelle, avec, à la clé, la mise en péril de milliers d’emplois.