Accès membre
Menu
Devenir membre

Enquête conjoncturelle 2018 de la CCIJ : l’optimisme prédomine

Manifestement et c’est réjouissant, l’optimisme prédomine au sein des entreprises membres de la CCIJ à l’heure de tirer le bilan de l’année 2018. La marche actuelle de leurs affaires est jugée sinon « favorable », du moins « satisfaisante » par la plupart d’entre elles. Seules 8 % des sociétés sondées sont toujours confrontées à une situation jugée « défavorable » de leur activité.

 

L’embellie est particulièrement de mise dans l’industrie, où près de la moitié des entreprises sondées (44 %) font état d’un climat favorable de la marche actuelle de leurs affaires. Cette évolution positive devrait se poursuivre l’an prochain, même si certaines entreprises sondées s’attendent à un probable fléchissement de l’activité.

 

Conséquence de cette meilleure orientation de la marche des affaires, la capacité d’autofinancement des entreprises sondées s’est améliorée. Elle reste toutefois toujours plombée par la pression sur les prix et l’érosion de leurs marges bénéficiaires.

 

Quant aux dépenses d’investissement, une augmentation de celles-ci en 2019 est à l’ordre du jour pour près d’un tiers (28 %) des entreprises sondées. Les autres devraient soit les réduire (21 %) soit les maintenir à leur niveau actuel (51 %).

 

En matière d’emploi, la tendance à la hausse du personnel occupé s’est confirmée cette année. Près  du  tiers  des entreprises sondées (30 %)  ont vu leurs effectifs  augmenter, alors  qu’elles  ne sont que 12 % à avoir procédé à une réduction de leurs effectifs. Cette propension à l’étoffement du personnel devrait se poursuivre l’an prochain, puisque seules 8 % des entreprises sondées envisagent de procéder à une compression de leurs effectifs.

 

L’amélioration de la situation sur le marché du travail régional a malheureusement également des répercussions négatives sur les entreprises. En effet, plus d’un tiers d’entre elles (40 %) sont actuellement confrontées à des difficultés de recrutement.

 

L’amélioration progressive de la situation conjoncturelle s’est traduite cette année déjà par une adaptation plus substantielle des salaires nominaux qu’initialement prévue. C’est ainsi que plus de la moitié des entreprises sondées (58 %) ont indiqué avoir procédé à une majoration de leur masse salariale à un taux égal ou supérieur à 1 %. A l’inverse, elles ne sont que 15 %, voire même 4 % dans l’industrie, à n’avoir procéder à aucune majoration de leur masse salariale au début de cette année.

 

Cette tendance haussière des traitements du personnel des entreprises sondées devrait se poursuivre l’année prochaine. En effet, près de la moitié des répondants (49 %) envisagent à nouveau une augmentation de la masse salariale de leur entreprise à un taux égal ou supérieur à 1 %.

 

Vous trouverez la présentation ici.