CCIJ

Votations fédérales du 24 septembre 2017 : OUI à la Prévoyance 2020

L’allongement constant de l’espérance de vie de la population en Suisse rend nécessaire une rapide réforme de notre régime des retraites. Les opposants à « Prévoyance vieillesse 2020 » ne le contestent pas. Leur principal reproche au projet soumis à votation le 24 septembre porte sur l’augmentation de 70 francs par mois des futures rentes AVS. Un reproche fondé puisque cette mesure induira de nouveaux déséquilibres dans le courant de la prochaine décennie.

 

Faut-il pour autant rejeter la totalité des mesures prévues par la réforme ? La CCIJ s’est prononcée en faveur d’un assainissement de l’AVS et du 2e pilier depuis le début du lancement de la réforme, en 2012. Son souci a toujours été de soutenir des mesures équilibrées qui permettent de garantir et les rentes actuellement versées et la santé financière de notre régime des retraites.

 

Le fait est que la situation actuelle requiert une intervention rapide. Dans l’AVS en particulier, les recettes ne couvrent plus à elles seules, depuis 2014, les dépenses du Fonds de compensation. Ce dernier doit donc puiser dans sa fortune. Sans mesures correctives, celle-ci risque de fondre comme neige au soleil et l’AVS pourrait basculer dans la spirale infernale de l’endettement d’ici 2030 déjà ! Mais la situation est également déséquilibrée dans le 2e pilier. Aujourd’hui, plus d’un milliard de francs y sont redistribués chaque année par les actifs en faveur des rentiers en raison d’un taux de conversion minimal bien trop élevé. Et cela alors que la prévoyance professionnelle n’a pas pour vocation de redistribuer l’épargne individuelle constituée par les cotisants en prévision de leur retraite future. La situation est particulièrement choquante, tant sur le principe que sur le plan financier. Elle doit absolument être corrigée au plus vite et sans attendre encore quatre à six ans, soit le temps nécessaire pour qu’une nouvelle version de la réforme soit mise sous toit !

 

Le Comité de la CCIJ s’est prononcé en faveur de cette importante réforme. Il est d’avis que la fixation d’un âge de la retraite à 65 ans pour tous, l’abaissement à 6% du taux de conversion dans la partie obligatoire de la LPP ainsi que l’augmentation incontournable des recettes destinées aux 1er et 2e piliers contrebalancent la mesure controversée de la hausse linéaire des futures rentes AVS. La Prévoyance 2020 ne résout pas tout, loin s’en faut. Mais la réforme proposée n’en constitue pas moins un compromis acceptable et l’amorce vers un indispensable assainissement de notre régime de retraites.

 

« retour aux news

 
réalisé par ivimédia
© 2017 Chambre de commerce et d'Industrie du Jura

accueil  |  contact  |  plan du site